Des applications qui s’implantent durablement

Denis Rémy, directeur du salon IoT World

Loin des chiffres annoncés par les experts, les applications faisant appel à l’IoT se concrétisent sur le terrain. Le salon IoT world sera l’occasion de « toucher du doigt » cette tendance de fond. Etat des lieux…

Selon le cabinet d’étude américain Gartner, l’Internet des Objets devrait progresser à un taux annuel moyen de 32% entre 2016 et 2021. Il atteindrait alors le chiffre de 25,1 milliards*. Ce n’est d’ailleurs pas le seul cabinet d’analyse et autres experts à promis ou à promettre une croissante à deux chiffres de ce marché. Les avis d’experts abondent sur ces promesses pas toujours vérifiables. Loin de ces chiffres colossaux, le dirigeant d’une PME dresse un constat positif mais plus nuancé que les envolées de ces grands cabinets d’analyse. Quels sont les véritables les leviers de développements ? Le salon IoT World est l’occasion d’appréhender les grandes tendances de l’IoT de la conception à la réalisation des projets. Le salon est également l’occasion d’assister à de multiples tables rondes et keynotes et de rencontrer les principaux acteurs de ce marché en pleine ébullition.

Selon Denis Rémy, son directeur «toutes les entreprises sont concernées. Les PME et les ETI sont aussi motrices que les grands comptes». Côté sectoriel, le secteur public a lancé de nombreux projets, en phase de pilotes ou en production, pour des applications très variées allant de la gestion de l’éclairage à la collecte des déchets en passant par de nouveaux services aux citoyens, de localisation par exemple, ou encore à une optimisation de la consommation énergétique. Des initiatives sont en place dans la quasi-totalité des régions et dans de nombreuses grandes villes. Des acteurs comme Birdz, issu de la fusion de Homerider Systems et de m2ocity propose désormais des solutions capables de centraliser toutes les données issues des réseaux d’eau potable, suivi de la consommation, fuites, qualité de l’eau … L’industrie est un autre secteur de prédilection de l’IoT. La télémaintenance n’est pas une nouveauté dans ce secteur mais la connectivité sans fil et la standardisation des protocoles techniques attendue ouvre la porte à de nouvelles applications. Des perspectives seulement limitées à ce jour par le défi sécuritaire.

Couplage de l’IoT avec d’autres technologies

Autre moteur, c’est souvent couplé à d’autres technologies que l’IoT apporte toute sa valeur. Dans l’industrie, les capacités d’analyse de l’intelligence artificielle démultiplient les possibilités d’optimisation avec des applications plus prédictives, plus proactives voire prescriptives. Autre illustration, la Blockchain couplée à l’IoT commence à se décliner dans de vrais cas d’usage. Dans l’immobilier, il s’agit alors d’automatiser pour partie la remontée de données comme l’usure de composants sur les portes d’ascenseur, la consommation énergétique …, la Blockchain apportant de son côté la garantie d’informations fiables. Il s’agit en d’autres termes de « notariser » les données sensibles. Des startups comme SmartHab travaillent sur ce sujet en partenariat avec des groupes comme Vinci et Duval, par exemple pour mieux sécuriser les bâtiments avec des sondes connectés. Plus de doute, quelques soient les prédictions des experts, les objets connectés se déploient massivement dans de nombreux secteurs d’activité.

* Gartner, “ Forecast: Internet of Things — Endpoints and Associated Services, Worldwide, 2017 ”

2018-11-19T09:16:37+00:00novembre 16th, 2018|Actualités|